« Il vaut mieux se battre en bonne santé! » Baron de Lapalisse.

 

« En pleine santé »

 

Vous êtes au sommet de votre forme.

 

« Légèrement blessé »

 

Alors que vous êtes « En pleine santé » vous subissez une blessure : vous êtes maintenant « légèrement blessé ».

Vous ne pouvez plus courir ni faire de grandes esquives.

Vous pouvez continuer à vous battre, mais après l’engagement, il vous faudra vous asseoir quelques instants pour reprendre vos forces.

Votre score de pugilat est réduit de 3 points avec un minimum de 1 (voir le chapitre consacré).

Si vous n'êtes pas soigné, vous vous retrouvez naturellement « En pleine santé » après une heure sans combattre (y compris un pugilat).

 

 

« Gravement blessé »

 

Alors que vous êtes « Légèrement blessé » vous subissez une blessure : vous êtes maintenant « gravement blessé ».

Vous êtes au sol et vous ne pouvez plus que ramper et murmurer.

Vous ne pouvez plus tenir d'objet.

Un coup supplémentaire reçu dans l'état gravement blessé n'aggrave pas votre état: vous restez « gravement blessé », mais par contre ça fait mal.

Votre score de pugilat est de 0 (voir le chapitre consacré).

Si vous n'êtes pas soigné, vous vous retrouvez naturellement « Légèrement blessé » après une demi heure sans avoir repris de coup (y compris un coup d'une arme de pugilat).

 

 

« Entre la vie et la mort »

 

Alors que vous êtes « Gravement blessé » vous subissez un achèvement sans épitaphe, vous tombez « entre la vie et la mort ». (Voir plus bas le paragraphe sur l'achèvement)

Vous êtes au sol et êtes totalement inerte pour une durée de trois minutes.

Vous ne vous réveillerez pas pendant ce sablier même si l'on entreprend des actions vives sur vous comme par exemple vous secouer, vous crier aux oreilles ou vous asperger d'eau…

On peut vous fouiller, vous transporter ou vous insulter sans risque de vous réveiller - et pour cause...

Si vous subissez une blessure alors que vous êtes « entre la vie et la mort » vous ne vous réveillerez ni ne verrez votre état s’aggraver… vous êtes déjà aux portes de la mort. Il est donc inutile de s'acharner sur votre corps au sol, à part si vos ennemis tiennent vraiment à maculer de sang leur chemise ou se faire une réputation de boucher.

Pour la suite, il y a quatre cas de figure :

  1. Personne n'est là pour vous aider : au terme des trois minutes, vous ouvrez votre enveloppe de destin et lisez la conséquence de votre blessure non soignée.
  2. Un médecin intervient et réussit a vous soigner : vous ouvrez votre enveloppe de destin et lisez la conséquence de votre blessure soignée.
  3. Un médecin intervient mais ne parvient pas à vous soigner : il peut vous maintenir activement " Entre la vie et la mort " pour un maximum d'une heure, par exemple jusqu'à ce que quelqu'un d'autre se penche sur votre cas. Si le médecin vous quitte ou si personne ne peut agir, vous ouvrez votre enveloppe de destin et lisez la conséquence de votre blessure non soignée.
  4. Quelqu'un effectue un nouvel achèvement, cette fois avec épitaphe : vous tombez "Raide mort" immédiatement.

 

 

« Raide mort »

 

Alors que vous êtes « Gravement blessé » vous subissez un achèvement avec épitaphe, vous êtes « raide mort » (Voir plus bas le paragraphe sur l'achèvement)

Alors que vous êtes « Entre la vie et la mort » et pas votre enveloppe de destin sur vous (ou à proximité), au terme de trois minutes d'agonie, vous êtes « raide mort »

Alors que vous êtes « Entre la vie et la mort », pendant trois minutes sans assistance, ou bien après l'échec de soins. Comble de malchance l'enveloppe que vous ouvrez annonce votre trépas: vous êtes effectivement « raide mort »

 

Suivant la situation, vous resterez en jeu quelques temps pour les besoins de la scène, néanmoins, il est inutile de passer une heure au fond des bois si personne ne vous a trouvé.


Rendez vous en salle Zorgas.

 

 

« Assommé »

 

Quelque soit votre état de santé, vous subissez une attaque assommante : vous êtes maintenant « assommé ».

Vous perdez connaissance pendant trois minutes.

Vous ne vous réveillerez que si l'on entreprend des actions vives sur vous, comme par exemple vous secouer, vous crier aux oreilles ou vous asperger d'eau...

Vous pouvez cependant être fouillé, transporté (avec précautions), ou insulté doucement sans risque de vous réveiller.

Si vous subissez une blessure alors que vous êtes « assommé », vous vous réveillez immédiatement et votre état de santé se dégrade d’un niveau.

Par exemple :
Arnaud est « légèrement blessé » avant qu’un fâcheux ne l’assomme proprement. Un autre fâcheux, sans doute piqué par la curiosité, décide de l’aiguillonner de son épée pour voir de quoi il en retourne et le blesse. Notre pauvre Arnaud est maintenant tout réveillé mais s’en retrouve « gravement blessé ».