"Sans le duel, on ferait de l'escrime tranquillement..." Jean-Armand du Peyrer, maître d'armes parisien.

 

On appelle Duel le combat entre deux, et seulement deux, Bretteurs, que ce combat ait lieu au cours (ou au cœur) d’un affrontement à plus grande échelle ou lors d’une rencontre « sur le pré ».

Deux Bretteurs peuvent se défier en duel à n'importe quel moment au cours d'un combat plus général.

 


Mano a mano

 

Un duel entre deux Bretteurs se fera toujours à un contre un : si un autre protagoniste intervient, le duel est immédiatement interrompu.

L’importun risque alors de voir son honneur entaché par cette intervention déplacée. Si on soupçonne celle-ci d’être volontaire, c’est également l’honneur de celui à qui aurait ainsi rendu service qui sera fortement égratigné…

Faire un Duel contre un autre Bretteur c’est chercher à placer sa Botte avant que son adversaire ne réussisse à placer la sienne.

L’art de placer une Botte est décrit au chapitre précédent.

A noter que l’on est pas obligé de répondre à l’annonce d’une Botte par l’annonce immédiate d’une autre Botte, même s’il s’agit là de la pratique la plus courante.

Votre adversaire ne saura pas alors si vous ne disposez pas d’une Botte susceptible de le terrasser ou si vous attendez de le « débotter » pour le moquer et ensuite annoncer votre Botte.

 


Débotter son adversaire

 

Lors d’un Duel, si vous "connaissez" la botte annoncée par votre adversaire, vous pouvez la contrer.

Il suffit pour cela de parer réellement le dernier coup de l'enchaînement qui devait « valider la botte » et d’annoncer « Débotté ! ».

Lorsque vous aurez « débotté » votre adversaire, celui-ci devra vous laisser riposter et placer un coup et un seul sans esquive ni parade !

Ainsi, si vous connaissez la botte de votre adversaire, il peut donc être intéressant dès que vous avez réussi à « valider votre botte » de laisser votre adversaire enchaîner la sienne pour le « débotter » et conclure ainsi magistralement votre propre Botte dans la riposte !