Donner sa parole

  • C'est un acte extrêmement important pour tout le monde
  • Reprendre sa parole ou briser un serment, c'est s'exposer à de fortes sanctions sociales.

Duel d'honneur

  • Un duel d'honneur permet de laver un affront dans un cadre défini par des siècles de tradition.
  • Un duel oppose exactement deux combattants.
  • L'offensé a le choix des armes, qui doivent être identiques. L'offenseur a ensuite le choix du lieu et de l'heure, dans cet ordre.
  • Il faut autant de témoins de chaque coté, et au minimum une personne chacun.
  • L'enjeu du duel est clairement annoncé avant qu'il ne commence: duel à mort, duel à merci, duel au premier sang, etc.
  • Une femme offensée peut choisir un champion pour laver son honneur à sa place.
  • Si la différence de statut social est trop grande, il est préférable pour l'offensé d'ignorer la provocation plutôt que de s'abaisser à répondre.
  • On ne fait pas de duel avec un vulgus pecum, ni de duel pour de rire.

La rixme

  • La rixme est un duel d'honneur et d'esprit
  • Deux rhéteur-bretteurs s'affrontent, déclamant tour à tour quelques vers, généralement un quatrain, répondant à leur adversaire avec finesse
  • Le vainqueur est celui des deux qui parviendra à faire reconnaître à l'autre sa supériorité

Reddition

  • On peut proposer à son adversaire de se rendre (“Rendez vous”) ou demander merci (“Je me rends!”) dans tout type de combat.
  • Quelqu'un qui accepte une reddition s'engage à ne plus attaquer celui qui se rend.
  • Quelqu'un qui se rend s'engage à ne plus participer à ce combat.

Politesse

  • Il est mal vu d'être grossier avec ses inférieurs.
  • Un “inférieur” attend d'être invité à parler lorsqu'il s'adresse à un “supérieur”. Interpeler un quelqu'un de rang supérieur sans y être invité est un comportement très grossier.
  • Le vouvoiement est de rigueur lorsqu'on s'adresse à un supérieur ou lorsque des nobles s'adressent les uns aux autres devant témoins. On peut se tutoyer en privé mais cela dénote d'une très forte amitié.
    • Exemple un marchand s'adresse à un noble : “Monsieur le Duc, auriez-vous l'extrême obligeance de m'accorder une entrevue de quelques instants pour que…”
    • Un noble s'adresse à un marchand : “Certes Tabarin mais faîtes vite et soyez concis pour une fois.”

Courtoisie

  • Les hommes sont courtois de manière générale. D'autant plus vis à vis des femmes, si on veut détrousser (ou trousser) une dame on reste poli.

Et plus si affinités

  • Le devoir de fidélité est le premier devoir entre époux. Ceci étant dit, les esprits éclairés considèrent qu'il est ennuyeux (comprenez, de mauvais goût) de ne pas prendre d'amant(e).
  • Par respect pour l'Eglise et les convenances, ce genre de choses doit rester discret.
  • Et si l'on est ni noble ni riche, on risque une amende pour adultère, voire la prison si l'objet de cette passion a la malchance d’être moine ou moniale.
  • La “mode italienne” pour les Français et autres Européens du Nord, ou la “mode arménienne” pour les Italiens et autres Européens du Sud, désigne une activité contre-nature entre deux hommes et est passible d'excommunication. Comme son nom l'indique, c'est une affectation du dernier cri pour ceux qui entretiennent une réputation sulfureuse.
  • Ceci étant dit, si vous avez la chance de venir à Buoux avec votre époux ou épouse, vos devoirs conjugaux seront remplis par un généreux massage des épaules et du cou, d'une durée suffisante pour votre vanité et l'honneur de votre amant(e)… pardon, de votre légitime.

Parents et enfants

  • les enfants doivent obéir à leurs parents en toute chose, jusqu’à leur majorité qui est de vingt ans en Catalogne. Avant cela ce sont les parents qui achètent des biens, demandent justice, ou font contrat en leur nom.
  • Même après sa majorité, on ne marie pas sans le consentement de son père, tant que celui-ci est encore en vie bien sur.
  • Les bâtards, nés en dehors du mariage, n'ont aucun droit et sont considérés par certains comme des enfants du Diable.